Mais ça relève du miracle !


Que l’on fasse ces produits soi-même ou pas, un des produits que l’on devrait tous avoir chez soi est le  Percarbonate de Soude (tout comme chaque foyer avait son Cif il y a 30 ans !).

Désormais c’est lui qui compose ma lessive (mais je vous révélerai mon secret une autre fois) mais là où il dévoile toute sa magie c’est pour dégraisser les plats ou même enlever les tâches tenaces (vous savez les traces de thé sur les bols par exemple).

Voici le mode d’emploi en photos tellement plus parlant que de grands discours publicitaires :


 Je vous présente le plat cobaye passé plusieurs fois au four (un bon gratin aux poireaux que les enfants avaient boudé donc il nous avait fait plusieurs repas!)



Y mettre un peu de percabonate de soude pour recouvrir l'ensemble des traces de brûlé



Y verser de l'eau bouillante (et c'est là que le produit chimique agit: en présence d'eau chaude le percarbonate réagit, une petite odeur et de la fumée (non toxique) se dégagent, ne pas rester le nez collé sur le plat)



Résultat après à peine 1 heure (personnellement je n'attends même  pas une nuit entière) et sans frotter



Après juste un petit coup d'éponge pour enlever les résidus

Ce petit bijou sans avec peu d'impact sur l’environnement se trouve dans tous les magasins bio et de vrac et même un peu partout désormais, son utilisation se démocratisant de plus en plus (parapharmacie, épicerie, moyenne et grande surface…).

Et pour terminer de vous convaincre, sachez que c’est ma maman fidèle utilisatrice d’eau de javel et autres désinfectants en tout genre qui m’a donnée l’idée de faire un post sur le percarbonate car oui, même elle, j’ai réussi à la convertir et je n’en suis pas peu fière !

Ça donnerait presque envie de faire exprès de brûler des plats dans les casseroles pour les récurer comme par magie ensuite !


Les autres utilisations du percarbonate. Je n'ai pas encore eu l'occasion de tout tester mais je vous assure que pour la cuisine ça marche du tonnerre!*

Note : attention ça reste tout de même un produit chimique donc à manier avec précaution. Vous trouverez toutes les informations sur sa FDS (fiche de sécurité qui répertorie les précautions d’utilisation, ses dangers et ses conditions de conservation).

* EDIT du 03/05/2020 : Hier j'ai essayé avec ma tasse à thé (que j'avais laissé exprès s'encrasser) et là encore c'est magique! Du percarbonate, de l'eau bouillante et le tour est joué: ma tasse retrouve sa couleur d'origine!

Commentaires

  1. Recette super efficace !

    RépondreSupprimer
  2. Ça marche trop bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est clair! J'en deviens même contente d'avoir des plats brûlés à nettoyer ! :)

      Supprimer
  3. Bravo pour votre blog très sympathique ! Néanmoins, je me permets de vous alerter sur le fait qu'un produit acheté en magasin bio/vrac n'est pas pour autant sans danger, en particulier le percarbonate de soude qui n'est pas un produit "miracle" sans incidence sur l'environnement comme vous le présentez ("ce petit bijou sans impact sur l’environnement"...). Il s'agit en vérité d'eau oxygénée dans sa forme solide, et c'est un puissant biocide (ce qui tue les organismes), au même titre que la javel. Moins pire que cette dernière, il s'agit tout de même d'un produit toxique qu'il vaut mieux utiliser avec parcimonie.
    Je vous conseille de le remplacer par un mélange vinaigre + bicarbonate de soude si vous aimez l'action moussante "auto nettoyante" ou par du (vrai) savon de Marseille pour récurer vos plats (effet dégraissant incroyable !). Ces "produits" sont également absolument miraculeux et bien moins toxiques ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire qui m'a alertée et mon mari et moi avons donc fait des recherches. Notre idée en effet n'est pas de promouvoir des produits néfastes pour l'environnement mais il est vrai que parfois en pensant bien faire on peut se tromper.
      En effet, le percarbonate de soude est un produit qu’il faut utiliser avec parcimonie, mais avec un impact sur l’environnement nettement plus limité que tout un tas d’autres produits ménagers.
      Je pense que c’est au moment de sa fabrication que l’impact est le plus notable. En effet, le percarbonate de soude est fabriqué à partir de carbonate de sodium (Na2CO3, ou plus communément appelé « cristaux de soude ») et de peroxyde d’hydrogène (H2O2, aussi appelé « eau oxygénée »). C’est d’ailleurs en ces deux composés qu’il se décompose lorsqu’on le met dans l’eau.
      La fabrication du Na2CO3 se fait par chauffage du bicarbonate de soude, produit sans impact notable sur l’environnement. Jusque-là, tout va bien. Je vous passe la fabrication du bicarbonate de soude, via le procédé Solvay notamment, mais je pense que ce n’est pas le pire des procédés qui existent. A noter qu’il existe même des gisements de Na2CO3, et même un volcan qui crache du Na2CO3.
      La fabrication du H2O2 est plus discutable. On est dans le domaine de la chimie un peu plus complexe, avec la mise en œuvre d’une molécule dérivée de la pétrochimie. La bonne nouvelle, c’est que cette molécule agit comme catalyseur et peut être réutilisée de nombreuses fois. Ça, c’est plutôt pas mal. On va dire qu’on limite largement la casse. Il faudrait aller encore plus dans le détail pour voir ce qu’il en est vraiment, mais je pense qu’il y a largement pire dans le monde de la chimie !
      En ce qui concerne l’utilisation du percarbonate de soude, comme dit plus haut, on obtient après passage dans l’eau deux composés qui sont les principes actifs : le carbonate de sodium (Na2CO3) et le peroxyde d’hydrogène (H2O2). Le carbonate de sodium n’est pas toxique pour l’environnement (il se décompose en CO2 au contact d’acides divers et variés. Le sodium résiduel est ce qu’il est, mais ce n’est pas non plus un polluant majeur). Concernant le peroxyde d’hydrogène, oui, c’est un produit actif puissant, notamment biocide, mais, bonne nouvelle, il se décompose en eau (H2O) et en oxygène (O2) après un certain temps, pas très long d’ailleurs si l’on n’ajoute pas de stabilisant dans notre mélange (comme le peroxyde d’hydrogène est très réactif, et bien justement, il réagit très vite dès qu’il rencontre la moindre impureté). On va dire qu’il ne faut pas abuser de l’utilisation de peroxyde d’hydrogène, mais comme ce produit se décompose assez rapidement en composés pas nocifs du tout, ça n’est quand même pas comparable avec l’eau de javel ou autres produits miracles de nos lessives et de nos produits ménagers.
      Je l’ai dit dans mon article, attention, ça reste un produit chimique. Mais son impact environnemental reste quand même plutôt limité.
      Lors d'un prochain plat "brûlé" j'essayerai cependant votre astuce "bicarbonate + vinaigre" qui parait encore plus "safe". J'ai également d'autres recettes de lessive à tester...à suivre dans les prochaines semaines.

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés